Alagaësia-RPG

Plus puissant que jamais, Galbatorix fait trembler l'Alagaësia tout entière. Les courageux résistants s'opposent farouchement au règne de ce tyran et tentent de récupérer les derniers œufs de Dragon ... Mais la lutte ne fait que commencer.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Lorsque le désespoir nous envahit....

Aller en bas 
AuteurMessage
Zaharia
Humaine résistante
Zaharia

Féminin
Nombre de messages : 46
Age : 25
Localisation : en ce moment probablement dans les bras du personne quelconque
Humeur : caline
Date d'inscription : 09/08/2008

Lorsque le désespoir nous envahit.... Empty
MessageSujet: Lorsque le désespoir nous envahit....   Lorsque le désespoir nous envahit.... Icon_minitimeDim 28 Déc - 0:21

Il faisait à présent nuit noire. Elle était là, roulée en boule, totalment immobile. Zaharia grelottait, non pas de froid, mais à cause des torrents qu'elle avait versé. Ses pensées vagabondaient vers les derniers évènements passés.
Ells étaient là, toutes les deux, Zaharia et Hayley, à parler joyeusement, à savourer leurs retrouvailles. Mais le destin a été cruel. Une horde de soldat empiriens et d'hurgals avaient surgits, prets à attaquer les deux filles. Les deux amies avaient essayer de leur echapper, se réfugiant derrière un rocher. Mais le reste des soldats les y avait attendu. Le cerveau de Zaharia avait fonctionner à cent à l'heure, cherchant un moyen de s'échapper. Mais il lui repétait sans cesse qu'elle ne pouvait pas réussir à sauver son amie et elle-même en même temps. Puis, Hayley l'avait subitement agrippée par les épaules, lui expliquant qu'elle allait se sacrifier pour Zaharia.
A cette pensée, Cette dernière ferma les yeux, ne pouvant empécher les larmes inonder à nouveau ses joues. Elle replongea dans ses souvenirs. Hayley la tenait toujours par les épaules. Puis, une de ses mains alla fourager dans les cheveux de Zaharia, plaquant sa bouche contre la sienne. Le baiser dura longtemps. Zaharia ne put résister. Elle s'abandonna volontier aux lèvres d'Hayley. Elle ne voulait pas laisser son amie se sacrifier. Mais cette dernière mit fin au baiser. Son regard avait changé. Il était si doux et affectueux qu'il en coupa le souffle à Zaharia. Et sans prévenir, hayley lui saisit le bras et l'envoya valser derrière les lignes ennemies, hors de danger. Zaharia n'eut juste le temps d'entendre Hayley murmurer un minuscule mais profond


"Je t'aime"

Zaharia jetta un regard rempli de désespoir à Hayley. Puis, obéïssant à regrets à son amie, elle tourna les talons et couru, le plus vite qu'elle put. A quelques kilomètres de l'horrible scène, elle hurla, hurla toute sa rage et son désespoir, toute sa tristesse ,qui noyait son coeur.
Elle la voilà recroquevillée , trempée par la pluie et les larmes. Un voile noir obscurissait ses pensée. Les derniers mots d'Hayley repassaient en boucle dans son esprit, agrandissant à chaque passage la peine qui la hantait. Et la jeune fille resta longtemps ainsi. Les heures déclinèrent, le jour apparut. Enfin Zaharia se releva, telle une morte vivante. D'un pas lourd, elle se dirigea vers le village et l'auberge. Arrivée, elle monta dans sa chambre, ignorant les questions du tavernier. Puis, lentement, elle prépara ses affaires. En passant dans la salle de bain, la vue de son reflet dans le miroir ne la choqua même pas: les yeux rougis par les larmes, les cheveux en bataille, la peau sale. Zaharia fit sa toilette, pris ses affaires et descendit. Cedant aux questions du tavernier , elle lui raconta toutes l'histoire, la gorge serrée, retenant ses larmes à grande peine. Au moment de regler ses dettes, le tarvernier lui dit qu'elle pourrait les regler plus tard, vu la tournure qu'avaient pris les évènements. La jeune fille le remercia puis sortit de la taverne.
Elle vagabonda dans le village quelques temps, puis s'enfonça dans les montagnes. Elle en escalada une petite et assista au coucher du soleil.
Dans son esprit, une chose était claire:Galbatorix allait périr non pas des flèches, mais des mains de Zaharia.
Dans son coeur, une seule chose comptait: sauver Hayley. Elle était en vie, Zaharia en était sûre
Elle se leva, pointa un doigt en dans la direction de la capitale, et laissa sa colère exploser.


"Ecoute moi bien Galbatorix, fiente d'urgal, je te jure que je te ferais la peau. Tu peux y compter."

L'écho de ses dernières paroles résonna contre les paroies des montagnes. L'archère redenscendit de son perchoir et pris la direction du village. Si elle voulait sauver son amie, il lui faudra avoir un destrier. Au village, l'archère allait certainement en trouver un beau et rapide. Soudain, un petit cri retentit de derrière un buisson. Instinctivement, Zaharia se mit en garde. Mais se qui apparut lui fit aussitôt perdre sa méfiance. Asura , l'écureuil d'Hayley alla se blottir dans le cou de la jeune fille. De ses poils émanait encore la douce odeur d'Hayley. Zaharia huma cette odeur le plus qu'elle put, puis pris l'animal dans ses mains. Asura était blessé à la patte. La jeune fille sortit un petit necessaire médicale et soigna rapidement la plaie. elle remit son compagnon contre son cou, et repartit en direction du village. Ce petit compagnon de voyage lui remonta un peu le moral. De plus, maintenant, l'odeur d'Hayley l'accompagnait.
En chemin, elle explique ses intentions au petit écureuil.


"Nous allons acheter une monture. Ensuite, on se rendra à la capitale. Je veux récolter le maximum d'informations des gens. Ils ont certainements vu la troupe de soldats qui ont enlevé Hayley. Ensuite, on recoltera le maximum de personnes qui voudront bien nous aider pour aller la délivrer . Oui, je sais. Vu comme cela, ça parrait impossible. Mais je sais qu'on peut y arriver. Il est hors de question de la laisser périr derrière des barreaux."

Un espoir nouveau naissait dans le coeur de l'archère. Elle était décidée a sauver celle qu'elle aimait, rien ni personne ne lui ferait changer d'avis.
Au village, Zaharia se dirigea vers les écuries. Elle entra et alla voir le resonsable.


"Bonsoir, je voudrais vous acheter un cheval. Un rapide et endurant de préférence."

On la conduidit face à une jument à la robe noire. D'un noir si profond qu'il rappellait la nuit. L'archère en eut le souffle coupé.

"Je le prend. Combien coute-t'il?"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.zaharia-music.skyblog.com
 
Lorsque le désespoir nous envahit....
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie
» [UploadHero] La Folie des grandeurs [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alagaësia-RPG :: Montagnes des Beors :: Farthen Dûr-
Sauter vers: