Alagaësia-RPG

Plus puissant que jamais, Galbatorix fait trembler l'Alagaësia tout entière. Les courageux résistants s'opposent farouchement au règne de ce tyran et tentent de récupérer les derniers œufs de Dragon ... Mais la lutte ne fait que commencer.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Perdue ? Certainement pas ! [ Libre ]

Aller en bas 
AuteurMessage
|sha-£my Aizawa
Chatte garou neutre
|sha-£my Aizawa

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 08/01/2009

Feuille de personnage
Camp: Neutre
Nom du dragon / dragonnier:
Connaissances:

Perdue ? Certainement pas ! [ Libre ] Empty
MessageSujet: Perdue ? Certainement pas ! [ Libre ]   Perdue ? Certainement pas ! [ Libre ] Icon_minitimeDim 29 Mar - 21:26

C'était une de ces journées où on ne sait jamais quel température il fait.
Parfois, le soleil plombait, dans un ciel libre de tout nuage,
et parfois, une averse se mettait à marteler
le sol de gouttes d'eau grosses comme des cerises.
Ici, dans la forêt des elfes, on ne pouvait pas
vraiment sentir ces changements drastiques de températures,
grâce à la voûte végétale qui protégeait le sous-bois.
Les arbres dix fois centenaires s'élevaient au dessus de tout,
leur tronc massif large comme vingt hommes.
De profondes encoches dans leur écorce offraient des prises rassurantes
pour quiconque aurait été tenté d'escalader leur grand corps.

C'était le cas pour une chatonne fauve aux pattes blanches.
Celle-ci grimpait avec assurance, les griffes sorties
et bien plantées dans la chair ferme de l'arbre.
Avec une obstination belle à voir,
elle s'élançait avec grâce vers le sommet du chêne.
Haut, toujours plus haut.
La touffe de poils noirs qui terminait sa queue se balançait au rythme de son escalade.
Sans relâche, toujours plus haut.
Finalement, après plusieurs dizaines de minutes,
elle finit par atteindre la canopée.
Avec un rire tout félin, la chatonne couru sur les branches,
pour déboucher sur une vue à couper le souffle.
Les yeux fauves du félin s'écarquillèrent
et la chatonne se transforma en fillette sans même le vouloir,
la bouche ouverte dans une expression béate.
Seuls les oreilles qui dépassaient de son crâne pouvait convaincre
qu'elle était précédemment la chatonne toute idiote qu'elle semblait être.
Isha adorait grimper aux arbres,
contrairement à sa soeur qui prenait peur dès qu'elle en voyait un.
Elle, elle savait comment en redescendre, héhé.
La chatte-garou avait bien essayé de lui montrer,
mais sa soeur était trop tête de mule pour faire attention à son enseignement.
Tant pis pour elle.
La fillette aux oreilles de chat resta longtemps à observer le paysage.
On aurait presque dit un océan, un océan vert, éternel.
Mais s'il y avait bien une chose de certain dans la vie, c'est que rien n'est éternel.
Au fond de son coeur, Isha pria elle-ne-savait-qui que cette forêt
puisse rester ainsi aussi longtemps que possible
et que d'autres personnes pourraient profiter de la vue qu'elle avait en ce moment.
Normalement Isha était égoïste,
mais cette vue appartenait à tous, tous ceux qui le désirait.
Avec un espèce de sourire absent,
la chatte-garou s'était couché sur une grosse branche,
tel une lionne, pour embrasser la vue.
Elle resta longtemps ainsi,
caressée par les rares éparpillements de soleil qui traversait la canopée.
La fillette finit par s'endormir, pleine de sérénité.
Ce n'est que beaucoup plus tard, alors que la nuit régnait,
une nuit sans lune, qu'Isha se réveilla en sursaut.
Rien n'avait bougé, tout était calme.
Alors pourquoi s'était-elle réveillée, et aussi violemment ?
Elle l'ignorait.
Mais la faible lumière des étoiles éclairait le paysage,
et offrait tout un contraste avec celui du jour.
La forêt semblait beaucoup plus sinistre,
même si elle savait pertinemment que ce n'était pas le cas.
Isha se métamorphosa en chaton et descendit habilement de l'arbre,
même si la descente fut plus lente que la montée.
Une fois au sol, par exemple, la lumière était pratiquement inexistante.
Même avec ses yeux de félin, elle avait du mal à se retrouver.
Elle marcha de long en large,
sans pour autant retrouver le chemin par lequel elle était venue.
Dans son coeur, la chatonne sentit quelque chose vaciller, mais elle reprit contrôle d'elle-même.
Dans le pire des cas, elle n'avait qu'à se cacher dans un tronc
et attendre que le soleil se lève, ce n'était pas bien compliqué.
Ce qu'elle fit, donc.
Après avoir gobé une famille d'oiseau qui se pensait en sûreté.
Mais au moment où elle s'installait confortablement,
Isha entendit un bruit et se figea.
C'était un bruit de pas dans l'herbe.
Le pas d'un être habitué à la forêt,
qui se voulait inaudible mais que ses oreilles avaient capté sans problème.
Aux aguets, la chatonne attendit.
Revenir en haut Aller en bas
- MJ -
Admin / Chatte garou neutre
- MJ -

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 31/07/2008

Perdue ? Certainement pas ! [ Libre ] Empty
MessageSujet: Re: Perdue ? Certainement pas ! [ Libre ]   Perdue ? Certainement pas ! [ Libre ] Icon_minitimeLun 6 Avr - 18:07

" Laisse moi croire en toi ... "

La silhouette était grande, fine, celle d'une elfe. L'ombre de ses cheveux dansaient sous le vent. L'apparition leva une main, doucement.

" Viens, prends cette main que je te tends ... "

Cette voix ... si familière ! Chaude, sereine, posée. C'était celle de Lauvia, sa soeur.

L'ombre invita Thôr d'un geste de la main.

" Viens !
"

Le ton se faisait plus pressant. Thôr se leva, enfin. Il s'approcha. Avec toute cette brume, il ne distinguait toujours pas le visage de sa soeur. Lorsqu'il tendit la main, il ne trouva rien que la caresse du brouillard, humide et léger. L'ombre s'évanouit dans la brume, son rire résonna. C'était un son si doux, si tendre. Peu à peu, le rire cristallin perdit son harmonie. Il finit par devenir rocailleux, c'était celui d'un monstre, d'une bête sauvage, il n'avait plus rien d'elfique. Le rugissement se perdit dans la forêt.


Thôr se réveilla en sursaut. Ses grand yeux s'ouvrirent sur un somptueux ciel étoilé. Les arbres de la forêt se découpaient sur le bleu sombre de la nuit, leurs silhouettes ressemblaient à des monstres. Le jeune elfe sentit un filet de sueur froide glisser le long de son dos. Sa soeur ... Elle était là, dans son rêve ! Il sentait encore la contact de la brume. Le rugissement monstrueux résonnait dans sa tête. Lauvia ...

L'elfe sentit son estomac se nouer. Une boule de chagrin, irrépressible et destructrice, monta en lui. Sans résister, Thôr laissa sa tristesse éclater. Il sentit les larmes se former. Elles se mêlèrent à la sueur, glissèrent sur ses joues éraflées, tombèrent sur ses bras dénudés. Sanglotant, frissonnant, le jeune elfe ne chercha pas à se calmer. Il pleura. Encore, et encore. Les souvenirs remontèrent.

Sa soeur, petite. Un grand sourire, une mine enfantine et ravie. " Regarde, là ! C'est quoi cet insecte tout bleu, Thôr ? ". Puis plus grande, lorsqu'elle s'acharnait à le rejoindre, en haut des arbres. Et enfin avec son uniforme d'archer et son arc, qu'elle maniait redoutablement. Puis l'embuscade. L'ombre, assoiffé de sang. Son incantation. Le sang de sa soeur qui se répend, qui est bu par la terre desséchée. Le dernier regard, un coup d'oeil triste, empli de regret. Puis un rictus de douleur, et enfin, le voile de la mort. Le corps raidi, gisant de son propre sang, terni par le sol boueux. Lauvia qui ne sourira pas. Plus jamais.

Thôr réprima un cri, cette image le torturait. Il se leva. Le haut de sa tunique était trempée de larme, elle était sale.

L'elfe se remit en marche. Il se dit qu'il valait mieux rentrer, inutile d'inquiéter sa mère. Les larmes coulaient, encore. Peut-être valait-il se laver avant de rentrer dans un tel état. Thôr s'approcha du petit étang où, enfant, il avait tant joué avec sa soeur. A ce souvenir, il ferma les yeux, déchiré de douleur, usé de tristesse, fatigué d'avoir pleuré. Le jeune elfe enleva sa tunique, il se déshabilla entièrement et contempla l'eau. La lune s'y reflétait, paisible et rassurante. Lorsqu'il baissa les yeux, Thôr trouva son reflet dans l'eau claire. Il ne put voir qu'un visage soucieux, torturé par le chargin.

Lorsqu'il mit son pied dans l'eau, Thôr frissonna, elle était fraiche, comme il l'aimait. Finalement, il plongea entièrement. C'était délicieux. Lorsqu'il estima qu'il s'était débarrassé de toute crasse, il sortit et fut saisit par le froid du vent. Thôr remit sa tunique qui était sèche à présent et se rhabilla rapidement. Il se sentait mieux. Pieds nus, le jeune elfe se dirigea vers la maison de sa mère en espérant qu'elle ne s'était pas trop faite de souçi.
Revenir en haut Aller en bas
 
Perdue ? Certainement pas ! [ Libre ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alagaësia-RPG :: Du Weldenvarden :: La forêt-
Sauter vers: